Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 septembre 2012 5 21 /09 /septembre /2012 22:43

Avoir une passion conserve.

Retour sur ma rencontre avec la vieille dame photographe.

J'avais titré :

La photographie ça conserve. Marie, (T_photographe) avait fait un commentaire plaisant.

Elle disait "en fait je crois que c'est le fait d'avoir une passion qui conserve, tout simplement..."

http://24.media.tumblr.com/tumblr_m7oja9LXml1rxyz3uo1_1280.jpg

 

Aujourd'hui, le hasard lui a donné raison.

Voilà, j'explique.

Je cherchais dans les vieux articles de mon blog, quelque chose que j'avais fait sur une femme photographe. Je n'ai pas trouvé ce que je cherchais. Par contre je suis tombé sur la mise en avant que j'avais fait d'une femme photographe amateur.

 

http://www.igpoty.com/competition05/winners/7_TheBeautyofPlants/Third_XL.jpg


Cette femme disait : ""Mes promenades quotidiennes me consuisent souvent sur les chemins qui mènent à d'autres mondes… parfois mystiques… où le calme, l'unité et ma paix règnent. J'ai découvert qu'en prêtant attention aux petits mais miraculeux détails de la nature, on peut réellement percevoir la beauté et la richesse qui existe en chacun de nous. "

 

http://a7.sphotos.ak.fbcdn.net/hphotos-ak-ash4/202199_10151055764339227_584252431_o.jpg


Je me souvenais de ces phrases et du fait que cette photographe profitait de ses marches quotidiennes avec son chien pour faire des photos.

Dans l'article en question, je mettais le lien pour aller sur le site de cette femme.

J'ai naturellement eu la curiosité de voir.

Voir si aujourd'hui, plus de trois ans après mon article, la passion de cette femme était toujours là.

Et bien oui.

Mon article date du 17 mars 2009, le 20 septembre 2012, Diane Varner a publié une photo.

Ce qu'elle appelait "Daily walks" marches quotidiennes perdure.

C'est bien la confirmation que la passion conserve.

Une passionnée Diane Varner.

 

Et vous, votre passion pour la photo, votre blog, ça date de quand?

 

Pour voir son site c'est là: Diane Varner


 

Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Photographes au féminin
commenter cet article
18 janvier 2012 3 18 /01 /janvier /2012 12:02

Aujourd'hui,

j'ai bien envie de vous parler d'une photographe dont j'ai "fait la connaissance" par l'intermédiaire d'une autre photographe qui m'avait été recommandée par une photographe dont j'avais "fait la connaissance" sur overblog.

Excusez ce pré en bulle un peu stupide.

C'était mon moment niais.

Pour parler de cette photographe, j'aurais aussi bien pu me contenter de coller un lien dans la rubrique liens de ce blog.

Mais les liens, je n'aime pas. Pas utiles les liens.  M'enfin...

lc1-copie-1.jpg


Je voulais vous parler de Laurence Chellali.

D'autres, qui la connaissent  en ont parlé avant moi. La preuve.

"Ah Laurence, c’est un concentré d’enthousiasme, de créativité, de vivacité et de générosité, elle pourrait être italienne ;-) "

J'aime cette description.

On apprend à connaître (est-ce possible, vraiment?) un ou une photographe au travers de ses photos, éventuellement de ses mots distillés sur un blog.

Laurence fait partie de ces photographes qui me font me demander :

Y a-t-il une photographie féminine?

Pourrait-on deviner le sexe de la personne qui a cadré en voyant une photo? Je crois à ça de plus en plus. Il y a dans les photos de Laurence Chellali une sensibilité, une créativité très particulière.

Une sensibilité féminine.

 

http://www.photofolle.net/portfolio/wp-content/uploads/2012/01/AltaViaPortfolio1.jpg?1326815940668

 Comme beaucoup de femmes photographes, elle ne met pas l'accent prioritairement  sur la technique. Ses images ne sont pas léchées. Elle ne se contente pas de montrer de belles choses. Elle crée.

Pourquoi, je parle d'Elle oggi.

Simplement parce qu'elle vient d'annoncer qu'elle a décidé de vivre de ses photos.

J'admire ce courage.

Beaucoup vivent pour la photographie, Elle veut vivre par et de ses photos. Elle met ses photos en vente, allez voir. Encouragez là. 

http://www.photofolle.net/

Beaucoup des photos de Laurence sont faites avec des appareils très basiques, aux performances très èloignées de nos appareils numériques.

J'ai commis plusieurs articles sur ce blog dans lesquels je me "moque" gentiment du snobisme "lomo".

Je dois avouer qu'en voyant certaines de ses photos faites avec ces appareils désuets, mon avis est assez mitigé.

Elle est capable de faire des choses splendides avec ça.

http://www.photofolle.net/wp-content/uploads/2012/01/PourqoiJaimeHolga-460x392.jpg

En plus, elle est capable d'exprimer la raison pour laquelle elle aime son Holga

Ce qu'elle dit  prouve encore bien que la photo c'est affaire de sensibilité, pas de mégapixels. Et que la sensibilité c'est une affaire de Femme,  Pas vrai, Laurence?

 

Vous la connaissiez? 

Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Photographes au féminin
commenter cet article
7 janvier 2012 6 07 /01 /janvier /2012 12:50

Je n'aime pas trop les chroniques mortuaires, mais tant pis, je dois.

Oui, je dois parler d'Eve Arnold.

Elle aurait eu 100 ans en avril 2012. Elle est partie juste avant.

La connaissiez vous?

Eve Arnold , ce n'est pas l'histoire d'une homme et une femme, mais celle de deux femmes.

EveArnold.jpg

Une femme photographe, Eve, et une autre femme, Marilyn.

 

marylin_eve_Arnold2.jpg     marylin_eve_Arnold-copie-1.jpg    marylin_eve_Arnold3.jpg

J'ai lu quelque part que des photos de Marilyn ont rendu célèbre Eve Arnold.

Je trouve ça étonnant. Le modèle qui rend célèbre la photographe.

Première femme à avoir intégré l'agence Magnum en 1951, alors que Marilin n'en était qu'à son 3ème film, Eve Arnold était donc déjà une photographe reconnue, c'est bizarre de la lier ainsi à Monroe.

En cherchant un peu, on peut trouver plein d'images qui montrent qu'Eve n'est pas que Marilyn. (scusi, pas fait vraiment exprès, là...)

eve_arnold23.jpg         eve_arnold22.jpg       eve_arnold24.jpg        Eve_A-Silvana-Mangano--Musee-art-moderne-NY-1956.jpg

 

Ce qui rend le mieux hommage à Eve Arnold, c'est sa page sur le site de l'agence Magnum.  

Qu'en dites vous?

http://artmarketmonitor.com/wp-content/uploads/2012/01/Eve-Arnold-by-Lord-Snowdon.png

 Elle est belle, Eve Arnold, pas vrai?

 


Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Photographes au féminin
commenter cet article
1 juillet 2011 5 01 /07 /juillet /2011 13:27

Titre étrange, pas vrai?

C'est tiré d'un article récent, qui parle d'un film que j'ai bien envie de voir.

My little princess, le film de Eva Ionesco.

Ionesco, vous connaissez bien sur.

Irina, c'est la maman d'Eva.

Irina, c'est la photographe aux portraits fantastiques.

 

eva3

Comme celui-ci.

Mises en scènes baroques, déjantées.


Eva, c'est la fille.

Celle qui lorsqu'elle était encore enfant devait poser pour sa maman.

C'est surprenant, génant..

My little princess, raconte cette histoire dérengeante d'une mère photographe qui vend des photos de sa fille.

eva1     

Cette photo a été recadrée pour éviter une fermeture de mon blog.... 

 

eva2


Des photos qui aujourd'hui vaudraient la prison à n'importe qui.

 

" "Le scandale était des deux côtés, il y avait l'offre et la demande", résume Eva, croisement douloureux entre une époque qui ne parlait pas de pédophilie et une mère obsédée par l'image."

Eva raconte : ""Cela a commencé avec des fleurs. Puis on est passé aux photos rituelles, aux masques, aux poses renversées, alanguies, le décor s'est chargé, c'est devenu un bordel macabre, baroque, très mode, avec des miroirs, des tentures." Récupérées aux puces, les robes sont magnifiques, mais les dentelles la grattent : "Le sublime devenait horrible." Puis, un jour, on passe aux photos nues, jambes écartées. "Parce que tout le monde aime te voir nue, répétait ma mère. Parce que c'est de l'art." À l'âge où les petites filles jouent à la poupée, Eva Ionesco est la poupée."

Le film qui vient de sortir serait une tentative d'Eva Ionesco de mettre quelques points de suture sur une cicatrice jamais refermée.

On peut se poser la question de savoir si c'est en étalant que l'on exorcise les plaies.

Je me demande moi, si tout cela ne vient pas de ce phénomène étrange lié à la photographie.

Avez vous remarqué?

L'oeil collé au viseur, on a souvent l'impression d'être en marge, déconnectés de la réalité.

Etait-ce le cas d'Irina Ionesco ?

Pensez-y.

 

Vous pouvez lire l'article dont j'ai utilisé les extraits ici 

 

Pour voir plus de photos d'Irina Ionesco

 


Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Photographes au féminin
commenter cet article
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 14:08

Une histoire incroyable!

2009, un agent immobilier achète pour 400 dollars des boites entreposées dans un un box de stockage. La propriétaire de ces boites ne pouvait plus payer le loyer du box. Les boites parlent de photographie et d'une photographe étonnante.

Des milliers de photos (on parle de cent mille) , des bobines non développées. Des négatifs.

Toutes les images parlent de la rue. Des rues de New-York et de Chicago.

 

Intrigué par la quantité et la qualité des images, John Maloof, l'agent immobilier fait des recherches pour savoir qui est cette femme. Ce qu'il découvre est touchant.

Vivian Maier.

Une 'nounou" d'origine Autrichienne.

Femme effacée, discrète

.vm11     vm9

Deux autoportraits.

Toute sa vie, elle a fixé sur pellicule les gens de la rue.

Sans en parler à personne.

Sans montrer ses photos à qui que ce soit.

vm2   vm1  vm3  vm4

 

vm4    vm5  vm7  vm8

 

C'est en faisant des recherches sur google pour rencontrer cette photographe qu'il tombe sur une rubrique nécrologique. Vivian Maier venait de mourir, discrétement. Sans héritiers.

 

Pouvait elle se douter que ses photos, son histoire allait faire tant parler?

Aujourd'hui, beaucoup la comparent aux légendes de la photo de rue, de Cartier-bresson à Robert Frank et des expositions montrent une partie de son oeuvre.

Histoire émouvante. Je trouve.

On peut aujourd'hui trouver de nombreuses photos de Vivian Maier, et des vidéos.

Le site officile de John Maloof consacré à Maier

 

Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Photographes au féminin
commenter cet article
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 15:32

Aujourd'hui, j'ai envie de vous faire part de mon admiration pour une photographe (que vous connaissez peut-être déjà).

 

Isabel Muñoz, Espagnole, vous l'imaginez bien. 

ISABEL-MUÑOZ-001

Une sensibilité au langage corporel qui me fascine. La quasi totalité de ses photos sont en noir et blanc. 

Un noir et blanc, sublime, dramatisant. Un noir et blanc à la sensualité étonnante.

 

ISABEL-MUÑOZ-1

Cette image est une belle illustration du travail et de la vision de cette femme. 

Peau, gestes, détails. Tout est fort. 

 

Son site regorge de séries. Naturellement sa nature hispanique parle et sait montrer.

ISABEL-MUÑOZ01     ISABEL-MUÑOZ6

 

ISABEL-MUÑOZ2      ISABEL-MUÑOZ4

 

Même lorsqu'elle photographie des pierres, elle sait les montrer chaudes. 

 

ISABEL-MUÑOZ-8

 

Quelques photos en couleur, qui montrent le degré de maîtrise de la lumière d'Isabel Munoz.

 

ISABEL-MUNOZ-9.jpg

 

Allez donc visiter son site, ça vaut vraiment la peine. 

Et surtout revenez me dire ce que vous en pensez

Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Photographes au féminin
commenter cet article
28 décembre 2010 2 28 /12 /décembre /2010 14:39

Dame pipi.

J'ai une Dame Pipi à vous présenter.

Si si.

Vous savez ce que c'est une Dame Pipi?

Lisez la description de wikipédia.

Dame pipi

Une dame pipi ou madame pipi est une femme de ménage préposée au bon fonctionnement et au nettoyage des toilettes installées dans les lieux publics. Généralement assise à l'entrée, elle fait financer sa prestation en demandant un pourboire symbolique que l'on place le plus souvent dans une soucoupe placée devant elle.

 

Bon cessons le blabla.

Je vous présente Yvette Néliaz. Dame pipi à Paris.

 http://asset.rue89.com/files/imagecache/asset_wizard_width/files/yvette_neliaz_inside.jpg

Un personnage. Un vrai.

 

L'écouter semble une vraie leçon de vie. (source rue89.com)

"Assise sur son tabouret dans les toilettes du Pulp, Yvette décèle le mépris inspiré par son métier. Le pire ? Les « bobos bohèmes » qui lui lancent des regards pleins de pitié et affichent « un sourire compatissant ». Parfois, ils font leur bonne action de la journée en prenant quelques minutes pour discuter avec la pauvre dame pipi, raconte-t-elle.

« Ils étaient même surpris que je sache parler. Pour eux, je ne pouvais qu'être une ancienne droguée ayant atterri là après une cure de désintox. Les accidents de la vie, ils ne connaissent pas. »"


Vous devez vous demander ce que vient faire Madame Pipi dans un blog de photo. Simple. Yvette Néliaz s'est fait une réputation en photographiant les noctambules.

 

"Pour tuer le temps, elle s'amuse à prendre en photo ses collègues et ceux qui défilent dans ses toilettes. Son credo : les « snapshots » de l'instant avec des cadrages inattendus. Fuyant le conventionnel, elle ose les clichés en plongée, les compositions loufoques.

En 2001, sur les conseils de Guido, un organisateur de soirées, Yvette expose ses clichés sur les murs de la discothèque. De son poste, elle recueille les réactions positives ou négatives des clients et discute volontiers avec les curieux.

Très vite, les médias parlent de son travail. Le buzz commence. Être shooté par Yvette devient le nouveau snobisme à la mode..(source rue89.com)

Si vous avez envie d'en savoir plus sur Yvette Néliaz, allez lire sur rue89.com

et/ou sur brain-magazine.com

 

ses collages sous forme de diaporamas.

 Je n'ai pas ici l'occasion de voir de dames pipi, mais si j'ai l'impression que si ça m'arrive, mon regard sera différent.

Étonnant monde de la photographie. Pas vrai?

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Photographes au féminin
commenter cet article
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 12:18

C'est Elle qui le dit. 

Elle, c'est une passionnée de photographie. Peintre aussi.

Ça se sent à ses photos.

J'ai envie de lui demander comment elle fait pour "voir" ces choses là.

http://storage.canalblog.com/05/02/529336/60022951.jpg

 

Si ça vous tente, allez voir son blog. 

Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Photographes au féminin
commenter cet article
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 15:11

http://3.bp.blogspot.com/_fvJRF7pCWOg/TFyZGEzsGiI/AAAAAAAABsc/S-ux6VmEhSg/s400/%C2%A9+Sally+Mann+2.jpg

 

Très envie, ce matin, de vous faire connaitre ( si ce n'est déjà fait) une photographe étonnante. Sally Mann. Sally Mann (née le 1er mai 1951 à Lexington en Virginie) est une photographe américaine.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/28/SallyMann.jpg/220px-SallyMann.jpg

Elle a étudié la photographie à la Praestegaard Film School.

Elle a reçu plusieurs prix prestigieux, dont le « Photographe de l'année » en 1995. Ses œuvres et collections sont présentes dans de nombreux musées aux États-Unis et dans le monde : entre autres au Museum of Modern Art de New York, au musée d'art moderne de San Francisco, au musée de l'université Harvard à Cambridge, au Tokyo Metropolitan Museum of Art…

De nombreuses expositions lui sont régulièrement consacrées à travers le monde. Elle photographie le plus souvent en noir et blanc en format 8×10. Elle travaille elle-même ses épreuves dans son laboratoire personnel. Elle réalise ses prises de vue surtout en extérieur, la plupart du temps dans sa grande propriété à Lexington, isolée dans les bois des collines Blue Ridge Mountains.

Ses sujets de prédilection sont les membres de sa famille et ses amis proches, la nature qui l'entoure, les natures mortes et plus récemment les effets de la mort et de la décomposition. Ses photographies jouent sur des contrastes profonds, conférant à des sujets de la vie quotidienne un caractère sensuel et mystérieux, parfois mystique. Elle s'est fait connaître du grand public par son œuvre « At Twelve », une série de portraits de jeunes adolescentes entre l'enfance et l'âge adulte. Mais elle est surtout réputée pour son œuvre très controversée, « Immediate Family », où elle ré-invente la photographie de famille. Elle y montre son fils Emmet et ses deux filles Jessie et Virginia dans l'intimité de la vie de tous les jours où se mêlent l'innocence des jeux d'enfants, une sensualité troublante ainsi qu'une vertigineuse mise en abîme sur la mort, la violence et la vie.

Source : Article Sally Mann de Wikipédia en français (auteurs) Code html : Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Sally Mann de Wikipédia en français (auteurs)

 

 

Sensualité troublante, c'est vrai.

Certaines de ses photos, développée au labo du coin, lui occasionneraient des problèmes. On a déjà vu ça.

J'adore ses photos. J'aime la qualité, la gamme des gris.

Admirables, surtout lorsque l'on sait comment elle travaille.

Bien loin du Canon EOS-1D Mark IV digital , ou du D3S de Nikon. Elle utilise une vieille chambre à soufflet et des plaques au colloidon humide.


Je vous livre quelques images, vous pouvez en voir beaucoup sur internet, même si Sally Mann ne semble pas avoir de site personnel. 
http://artblart.files.wordpress.com/2010/09/facesjessie-101.jpg          http://fadedandblurred.com/images/stories/candycigarette.jpg     http://images.artnet.com/artwork_images_141091_349259_sally-mann.jpg       http://infodesign.no/dimag/uploaded_images/VenusAfterSchool1992_000-784849.jpg
Quand pensez vous? 
(oups...) 
Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Photographes au féminin
commenter cet article
7 novembre 2010 7 07 /11 /novembre /2010 02:53

Le pauvre Léonard doit en être froissé.

Certains vont trouver ça choquant.

Moi, je trouve ça marrant.

Une photographe Carina Linge, jeune et pleine d'humour, n'a pas fait dans la dentelle

en parodiant Léonard de Vinci.

 On connait tous la Femme à l'hermine ( ah bon, pas vous??)

http://www2.csdm.qc.ca/SJdelaLande/lesclasses/4web/Peinture/manon/images/hermine.jpg

 Vous voulez voir ce que Carina Linge en a fait??

Cliquez sur ce lien, à vos risques et périls..

Non, votre ordi ne risque rien.

 

Vous aimez? Allez donc voir son site. et dites moi ce que vous en pensez


Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Photographes au féminin
commenter cet article