Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2010 3 24 /11 /novembre /2010 14:40

J'espère que l'auteur de ce titre ne m'en voudra pas de l'avoir repris tel quel. 

http://lamemoriaviva.files.wordpress.com/2010/02/robert-cappa.jpg

"Mort d'un soldat républicain", photo prise par Robert Capa le 5 septembre 1936.

 

La lecture d'un article sur un blog a provoqué  chez moi, un vrai "brainstorming".

Rien que le titre fait songer: Photo numérique, négation de la mémoire.

Je vous mets une partie de l'article. Pour vous donner envie d'aller lire le tout.

"LA PHOTOGRAPHIE LUTTE CONTRE LA MORT. Cyrille Frank La photographie en général est une lutte contre la mort et l’oubli. Il s’agit d’inscrire sa présence dans le “marbre” de la pellicule, et de prolonger les moments heureux de sa vie par l’ersatz du souvenir. Avec ce paradoxe originel de la photographie qui est précisément de figer l’instant, donc automatiquement de le tuer. La photo n’est en soi qu’un immense cimetière d’instants morts."

Passionnant à lire surtout après avoir lu ce qui a suscité ce texte:

""Autant en emporte nos images.""

"Au temps de l'argentique, nous avions surtout l'illusion de capturer l'instant présent, de voler un millième de seconde au temps qui passe, d'immortaliser un fragment d'humanité au temps T. Prendre une photo était encore un cérémonial."

Une réflexion intéressante sur la photographie en général et sur les valeurs différentes que le numérique a 

fait naître. 

 

Lire l'article de Cyrille Frank, sur Médiaculture

Lire l'article de JC Féraud sur son blog. 

 

 

Lire la 

  Qu'en pensez vous?

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Regarde ce que j'ai vu
commenter cet article

commentaires

dominique bouvet 26/11/2010 13:56


Merci pour le commentaire, tzatza. Comme, toujours, des mots choisis, réfléchis.
J'ai mis cet article parce qu'il est étonnant de voir que bien souvent, on éprouve le besoin de tout expliquer. Tout justifier, décortiquer.
Voir dans la photographie des relations avec la mort, moi, je veux bien.
Lorsque je déclenche, je ne me pose pas la question de savoir si c'est pour "vivre".
J'éprouve le plaisir de penser que la photo va peut-être reproduire ce que je voyais.

Là où je crois que la photo c'est la vie, c'est que ce n'est pas une activité statique. Pour le photographe curieux, celui qui bouge pour chercher à voir et donner à voir, la photo c'est la vie.


tzatza 26/11/2010 06:01


J’ai lu et merci de nous offrir cette opportunité ,dominlque , . une étude intéressante sur la photographie mais qui se résume à l’expression « d’ une grande frayeur face aux évolutions » question
que tout photographe conscient se pose Thèmes évoquées en forum 3e œil : L’homme ne saura -t-il pas adapter les techniques pour sauvegarder la mémoire collective ? Ne faut il , être ,que dans des
références intellectuelles du passé ?? La photographie de référence contemporaine est- elle de la sous-photographie ? Les photographes à la conscience intellectuelle du choix (cadrage etc)
n’existent ils plus en numérique ? Effectivement ,extraire une photo d’un film vidéo , me parait , exclure l’acte de photographie conscient , désir et plaisir …
Où va la photographie que devient sa « qualité » ? Certains ne font ils pas la confusion des genres ? ? Ne faut il pas distinguer la photo - fun populaire : « instamatic » du temps de l’argentique
, photo polaroîd lamda d’alors , érigée en mémoire culte d’une époque aux Rencontres de Arles 2010, ou « déferlante » numérique actuelle accessible à tous , de la photo dite , de choix , « d’auteur
« (amateur averti , et pro. ) qui existera toujours car transmis , me semble-t-il . L’esthétique , n’est plus l’apanage de l’argentique . Le collodion humide unique ne pourra-t-il coexister avec
des créations innovantes ? .Toute évolution serait elle perverse ? Une photo n’est pas valable en tant ,que , résultat d’une souffrance mais produit issu , de talent et d’apprentissage des
techniques en cours , conjugués …
Par ailleurs , même si Barthés disait déjà que la photographie c’est la mort « un immense cimetière d’instants morts « (reprise par JC Féraud ) , elle me semble bien par l’instant saisi perpétué ,
être la vie .
La photographie lutte bien contre la mort . Conscience et plaisir donc volupté Mémoire .