Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2012 1 28 /05 /mai /2012 03:20

mai01-copie-1.jpg

Henri Cartier-Bresson, Rue de Vaugirard, mai 68

C'est assez amusant, enfin façon de parler.

Montréal, le Québec est en proie à des convulsions révolutionnaires.

Et comme je n'ai  pas eu le courage d'aller faire des photos de l'une de ces manifs, je suis obligé de me faire plaisir en regardant les photos qui défilent sur le net.

Et très vite il m'est venu l'envie de regarder les photos d'une autre "convulsion révolutionnaire" Mai 1968.

Et de les juxtaposer, pour voir si le regard des photographes a changé en 44 ans.

 

Et bien si le regard des photographes est le même, les acteurs aussi. 

mai02.jpg

Les regards sont les mêmes, les gestes aussi. Gabriel Nadeau-Dubois ressemblerait presque à Cohen-Bendit.  Va il finir lui aussi membre député comme son prédécesseur? Je trouve ça amusant. 

 

mai03.jpg

La nudité comme moyen d'expression, pourquoi? 

 

mai04.jpg

Les gestes de casseurs sont les mêmes, 

 

mai05.jpg

Le "casqué" de 68 semble simplement un peu moins sauvage que celui de 2012.

 

mai09.jpg

On aime toujours s'en prendre aux voitures, surtout lorsqu'elles sont officielles..

 

 

 

 

Mais en 2012, il se passe des choses qu'on ne voyait pas en mai 1968.

mai06.jpg

Avant, les mémés ne sortaient  pas leurs casseroles de la cuisine. 

 

mai07.jpg

Les Slogans éatient peut-être un moins fesse-tifs. 

 

 

mai08.jpg

Et manifester pour une cause n'était pas une occasion de s'exhiber.  (tiens, j'ai enfin trouvé mon bicyke jaune)..

Vous vous demandez peut-être pourquoi le titre, poisson et révolution? 

Et bien, Voilà, j'ai trouvé un texte bien intéressant à propos de mai 68. 

""Les révolutions sont comme le poisson : elles pourrissent toujours par la tête. Après les mouvements beatnik et hippie qui continuaient l’élan de libération romantique et d’internationalisation du rêve d’abolir toute frontière entre les races et les cultures, dans un syncrétisme spirituel certes naïf mais d’une grande fraîcheur, Mai 68 et ses conséquences : l’émergence d’une nouvelle classe d’intellectuels qui se sera emparée peu à peu de bon nombre des postes à pouvoir pour la diffusion et le contrôle du savoir, se sera avéré être un Biafra de l’utopie. ""

extrait d'un site  "revue polaire.com" 

 

Étonnant, n'est-il pas? 

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Quelques mots
commenter cet article

commentaires

Elsaxelle 30/05/2012 22:17

Absolument génial ton parallélisme. Quelle recherche !

dominique bouvet 31/05/2012 21:27



génial, je sais pas. par contre, ça a été amusant de chercher des analogies photographies. merci google



Djoe l'indien 29/05/2012 21:28

Pour réagir par rapport à quelques commentaires, si certains avancent masqués aujourd'hui, c'est peut-être parce que les rues sont bardées de caméra, qu'elles soient de vidéo surveillance ou de la
télé, choses bien plus rares en 68 :-)
Pour la nudité, une façon comme une autre de dire que l'état nous fout à poil, sans doute. Interprétation personnelle.
Le parallèle est intéressant, belle idée !

larhune64 29/05/2012 20:17

C'est toujours triste de voir les gens se cogner dessus alors que les responsables sont toujours tranquillement au chaud

dominique bouvet 31/05/2012 21:11



je partage totalement ton avis. 



Ritournelle 29/05/2012 19:06

La nudité comme moyen d'expression : en 68, c'était pour choquer les puritains de l'époque qui postulaient pour les présidentielles, pour affirmer la libre disposition de son corps et revendiquer
un statut autre que le rôle d'objet sexuel; quant à aujourd'hui, il faudrait poser la question aux demoiselles...

dominique bouvet 31/05/2012 21:14



Poser la question aux demoiselles? je ne sais pas si elles savent pourquoi elle le font  à part, attirer l'attention. 



clyk 29/05/2012 13:34

Très bonne idée ce parallèle entre les deux!
Merci Dominique!

dominique bouvet 29/05/2012 14:01



Merci pour le commentaire. oui, c'est assez similaire en fait. comme une poussée d'urticaire citoyenne