Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 14:10
Et oui, vous le saviez naturellement,  Photoshop fête son 20eme anniversaire.

Tout une histoire que celle de ce logiciel. Ses concepteurs, les frères Thomas et John Knoll ne se doutaient pas de ce qu'allait devenir leur création. "« Adobe prévoyait de commercialiser 500 exemplaires de Photoshop par mois, a révélé
Thomas Knoll, cocréateur, avec son frère John, du logiciel. Nous étions sûrs de détenir une technologie révolutionnaire, mais n'avions jamais soupçonné qu'elle allait autant influencer les images qui nous entourent. »"

20 ans plus tard on parle de 10 millions d'utilisateurs dans le monde.  Les différentes versions de Photoshop ont generé des revues spéciliasées, des livres, des sites. Avec ses outils qui permettent de rajouter ou de supprimer des
éléments, de modifier une texture, un éclairage, d'affiner certains contours, etc.,
Des compositions de plus en plus complexes voient le jour.

Une photo passe obligatoirement par Photoshop avant d'être publiée.  Améliorée, corrigée. Déformée, éloignée de la réalité? C'est tout la question.

Ce que je trouve étonnant, tout ce que l'on met sur le dos de Photoshop. Étonnant. 
Je viens de lire ça :
"Mais, au-delà de cet aspect anecdotique, la retouche à outrance donne le jour à des créatures irréelles, qui à force d'envahir les magazines et les publicités finissent par véhiculer des images biaisées du corps humain. Avec à la clé la
naissance de beaucoup de complexes, notamment chez les femmes les plus jeunes."

Je trouve bizarre le réflex actuel qui consiste à relier une marque, un produit à une dérive. Lorsque l'on parle des éxagérations dans la retouche photo, on parle toujours de Photoshop..

Comme lorsque l'on parle de malbouffe et d'obésité, on colle l'étiquette Mac-do.À croire que la "mal bouffe" date  du big mac.. Et que personne ne pouvait être qualifié pudiquement de "personne avec une surcharge pondérale" avant.

Le plus délirant, c'est lorsque les politiques mettent leurs grands sabots là dedans..

Au Québec, une loi voudrait interdire la construction de Mac Donald trop proches d'écoles.. Comique de ne pas avoir compris qu'aller au Mac do du coin plutot qu'à la cafetaria, c'est surtout sortir de l'école..


Valérie Boyer,  députée UMP des Bouches-du-Rhône va plus loin..
Les images stéréotypèes de femmes jeunes, minces obtenues en partie par des retouches énervent Valérie Boyer ( députée UMP des Bouches-du-Rhône ). Elle travaille sur une proposition de loi qui rendrait obligatoire la mention
 « Photographie retouchée afin de modifier l'apparence corporelle d'une personne » sur toutes images retouchées. 

"La loi s'appliquerait à toutes sortes de photos où un personnage a été retouché, qu'il s'agisse de publicités, de reportages de mode, d'œuvres d'art. Les affiches de campagne électorale n'y échapperaient pas."

 Les oeuvres d'art ??? Alors là, je veux bien.. Parce que  franchement, en voyant certaines sculptures, j'ai tendance à complexer en pensant à quoi je ressemble   dans le miroir à la sortie de la douche.. 

Collons donc des avertissements sur les danseuses de Degas, sur les statues de Giacometti..  

adonis

En attendant, pour l'exemple, j'ai pris une image d'un Adonis.. J'ai dû utiliser photoshop pour le modifier afin qu'il soit pudique.. J'espère que vous ne m'en voudrez pas, Mesdames.....
Un article avec des vidéos intéressantes

Partager cet article

Repost 0
Published by dominique bouvet - dans Quelques mots
commenter cet article

commentaires

dominique bouvet 25/02/2010 13:39


Merci Anouk. Votre commentaire est plaisant. Vous savez que faire vivre un blog est un travail à la fois amusant et parfois un peu frustrant.. Des encouragements sont les bienvenus..

Et oui, vive Photoshop et les essais que ça nous permet de faire. Et vive le numérique qui favorise une progression, un apprentissage.


Anouk 23/02/2010 15:13


J'aime beaucoup votre esprit Dominique et votre verve et je suis entièrement d'accord avec vous. Vive Photoshop qui permet parfois de "décaler " le regard et de laisser aller son imagination et sa
fantaisie.